La Tribu du Feu Bleu : 2016

Réponses aux questions sur l'idéal

Ce feu qui m’anime…

Permettre à chacune et chacun

de collecter des brindilles…

…Rallumer ce feu dans leur cœur.

Leur offrir l’étincelle,

qui déclenchera cette flamme bleue dansante,

au gré de leurs envies !

Jeter leurs embûches dans ce feu bleu !

Ajouter de chaleureux gestes au parfum d’orange.

Partager des instants de solidarité…

Et main dans la main … crépiter de joie!

Marie-Claire  59 ans ( 14, France ) Décembre


Qu’est ce qui t’anime ?
Ce qui m’anime en priorité est le besoin constant que j’ai de lutter ( avec mes petits moyens ) pour une vie meilleure et plus juste pour tous.
Je ne sais plus qui a dit : « Tu te plains de ton époque, mais qu’as-tu fait pour la changer ?  » Je crois que chacun a un rôle important à jouer sur cette planète : avoir une sorte de mission qui commence par les relations aux autres, l’aide aux autres, accepter les autres comme ils sont, et non comme on voudrait qu’ils soient, c’est à dire être tolérant. Les comprendre, les respecter, quelles que soient les opinions ( politiques, religieux/athée, etc… ). Pour cela il faut être confiant, ouvert, positif.
En tant qu’ancien, je crois également que l’on est sur terre pour réaliser les plus belles choses que l’on puisse, en étant un exemple. Ainsi montrer que la vie a un sens, si on a un coeur qui croit en l’amour, au respect des autres, au partage, au pardon. Et détester la haine : on se réjouit du bonheur des autres, de leur réussite au lieu de les jalouser etc…
 Qu’est ce qui te fait vivre ?
C’est surtout ma famille, où les bonheurs et les malheurs sont partagés entre tous avec amour, compréhension, et ouverture d’esprit. Nos petits enfants et leurs parents sont merveilleux : les mots « fâcherie, jalousie, haine » n’existent pas dans la famille. Les rencontres, les repas animés, les balades sont des sources de plein de petites choses qui remplissent de joie. On a tous la capacité à être envers et contre tout « joyeux ». Si parfois ( très rarement ) une dispute arrive, le pardon est un beau cadeau. C’est l’acte des forts. Le pardon est un acte créateur. Il ouvre l’avenir à des jours meilleurs.

Dans quoi puises-tu ta force ?

Je puise ma force dans la puissance de mes pensées. J’y crois énormément. Tout ce que nous bâtissons est fait par le canal de la pensée. Rien ne peut exister en dehors d’elle car elle est à l’origine de toute chose :
* Une maison ne peut être construite si elle n’est pas pensée auparavant, créée par la pensée et fixée sur un plan.
* Lorsque nous prenons un stylo pour écrire, il faut bien que l’idée d’écrire soit passée par notre cerveau.
* Le mental ( la pensée ) réagit sur tout l’organisme. La crainte, les soucis, les ennuis n’influencent pas seulement le coeur et les nerfs, mais aussi l’organisme circulatoire, digestif… et ainsi peuvent créer une maladie.
Ayons de pensées fortes, positives ! Apprenons à profiter de chaque minute de la vie ! N’attendons rien en dehors de nous qui nous rende heureux- joyeux – plutôt que de nous tracasser pour demain.
Ma devise :  » Hier je m’en fous / Demain je m’en contrefous /Aujourd’hui je me passionne  » ( Ma femme dit que je suis un inconscient.)

On est sur terre pour être heureux, affirmons le très fort. Prenons l’habitude d’être heureux en maîtrisant nos émotions. On ne naît pas optimiste on le devient, en faisant confiance et en surmontant toute peur.
Pour conclure, je crois profondément que la pensée nous dit :  » amour, joies , respect, bonheur sont les chemins d’une vie heureuse  »
Quel est ton idéal ?
Je cultive mon idéal dans la certitude qu’une vie meilleure sur cette terre est possible. Je lutte depuis 1948 contre tous ceux qui sont aujourd’hui, petit à petit mais sûrement, en train de faire crever la terre et ses habitants :
* Produits chimiques à outrance dans les produits alimentaires, cosmétiques, etc..
* Laboratoires pharmaceutiques contrôlés par les petits copains (experts tous payés).
* Alimentation de plus en plus industrielle au profit des multinationales.
* Agriculture de plus en plus polluante ( on devait réduire les pesticides, mais l’année dernière- en 2015 – on en a utilisé 20% de plus !!! ). D’ailleurs les paysans ont perdu : au lieu de « paysan » on dit « exploitant agricole »… Tout ça au profit de Monsanto, Bayer, etc… qui les exploitent jusqu’à les obliger à acheter leurs semences uniquement chez eux.
Beaucoup d’artisans, de cultivateurs, de cuisiniers, de scientifiques etc… se rebellent pour qu’une vie plus saine se réalise sans pesticides, herbicides, etc… sans les multinationales, les banques … J’y crois et je les soutiens.
J’ai un deuxième idéal qui me donne une sorte d’espérance et de justice : c’est la certitude d’une vie après la mort. Beaucoup n’y croient pas et disent que c’est impossible, mais si l’on observe bien ce qui se passe sur notre terre  » toute chose meurt pour revivre autrement » :
* le grain de blé meurt pour donner un bel épi
* le fruit meurt pour engendrer un arbre
* la bougie meurt pour se transformer en lumière
etc…
S’il n’y a pas de vie après notre voyage sur terre, alors notre vie terrestre est absurde et injuste : Il y a des riches et des pauvres, des bien portants et des gens toujours malades, des gens valides et des handicapés… La chance pour certains, pour d’autres le malheur. Tout ceci est d’une injustice évidente.
L’Homme est la plus belle création, la plus accomplie du système solaire, et serait condamné à vivre 50-70-100 ans, puis il tomberait dans le néant ? Il ne serait plus rien ? Alors que la Terre, le Soleil, la lune, des milliards d’étoiles, des astres, des planètes vivent depuis des milliards d’années ( Le soleil est au rendez vous tous les matins ), cela me semble impensable et, de plus, injuste.
On peut se poser la question : suis-je un être exclusivement matériel ? ou bien y a-t-il en l’Homme quelque chose de plus que son corps physique – que l’on voit ? Ce que l’on ne voit pas est pour moi l’essentiel de l’Homme, c’est à dire : son âme, son esprit, ses sentiments, son amour, son affection, ses pensées, son énergie, ses vibrations. Tout ceci ne meurt pas et je pense continue à vivre autrement, dans un monde où on vit dans la paix, l’égalité, où on ne juge pas !!!

Plus de questions : Pourquoi le ciel ? Pourquoi l’Homme ? Pourquoi la vie ? Pourquoi la mort ? Pourquoi les bourreaux ? Pourquoi les victimes ? Pourquoi le bonheur ? Pourquoi le malheur ? Le hasard ? Le destin ? Un Dieu ou pas ? Ou simplement l’inconnu qui nous échappe ?
En tout cas, il y a plus de 2000 ans un homme appelé Jesus est venu sur terre nous offrir le plus merveilleux message :  » Aimez vous les uns les autres comme je vous ai aimés, et même vos ennemis « . Sans parler religion, tout le monde peut le faire. Si tout le monde écoutait ce message, il n’y aurait plus de guerre, plus de conflits, plus de haine. La paix serait merveilleuse. La paix serait dans les coeurs à jamais. Ce sera difficile et long, mais on doit espérer doucement le bonheur.
Je crois inconditionnellement à une vie merveilleuse dans l’au delà, et je continuerai à y croire, même si beaucoup de monde perd espoir devant la mort.
Merci de m’avoir lu jusqu’au bout, même si je vous ai plus ou moins cassé les pieds. Ne perdons jamais espoir… Pour moi la vie est sans fin. « Gagnons » un peu en « Humilité » en nous abaissant devant « l’inexplicable ».
Recevez mes meilleures pensées

Michel 90 ans ( 14, France ) Novembre


La charte des droits de l’autre

Ici et partout dans le monde, l’autre :
Celui, celle qui n’est pas de mon bord ou de mon opinion,
Celui, celle qui n’est pas de ma manière de vivre ou de mon âge,
Celui, celle qui n’est pas de ma région ou de mon pays, de ma race ou de ma couleur de peau.

L’autre,
Chaque être humain, quel qu’il soit, a droit à la vie et au bonheur, à l’espace et à la liberté ;
Chaque humain a droit à une égale dignité, car l’autre est unique, son histoire et son destin sont uniques ;
au milieu de tous, sujets de droits et de devoirs comme tous.

Il est une personne unique, il a droit à être reconnu pour lui-même, il a droit à son visage, à sa parole et au respect de son identité ;
il a droit au travail, à l’épanouissement de ses capacités ;
il a droit à ses amours et à ses fêtes ;
il a droit à ses appartenances, à la culture et à la communauté de son choix ;
il a droit d’aller et venir librement à travers le vaste monde ;
il a droit à la paix.

L’autre en vaut la peine ;
chaque humain qui n’est pas respecté pour lui-même,
chaque humain qui est utilisé, manipulé ou méprisé,
chaque humain qui est bâillonné ou affamé,
chaque humain qui est empêché d’agir pour son propre bien, ou pour le bien d’autrui,
chaque humain qui est pourchassé ou opprimé, enfermé ou rejeté,
a le droit de recevoir de moi ici et aujourd’hui,
l’aide concrète de ma pensée, de mon cœur et de mes mains.

Michel ( texte découvert par Frédéric, publié avec l’aimable autorisation de l’association »BANCS PUBLICS » http://www.lesbancspublics.fr/temoignages,charte.html )

 

4 questions, 4 entrées mais peut être une seule réponse : les autres.
Toutes celles et tous ceux qui vivent autour de nous, et cela peut être très lointain, participent à la construction de notre monde, mais aussi malheureusement à sa destruction (chacun d’entre nous plus ou moins). Chacun d’entre nous y a sa part, chacun d’entre nous est en relation avec les autres. Notre relation avec les autres est faite d’échanges. Je reçois beaucoup, je donne peu, je reçois peu je donne beaucoup, ce n’est pas toujours la même chose. Mais j’accepte qu’il en soit ainsi. C’est ainsi que nous pouvons vivre ensemble et partager. C’est aussi ainsi que nous pouvons espérer avancer vers de meilleures relations entre les humains, espérer avoir une société dans laquelle chacun et chacune aura sa place, la plus égale possible.
Ce monde chacun d’entre nous le construit, dans sa cage d’escalier, sa placette, son village, sa ville …
Chacun d’entre nous s’inscrit dans un collectif.
J’ai envie de partager, de rencontrer, d’aller de l’avant, de construire, mais aussi de rire, d’aimer et pourquoi pas de pleurer mais pas tout seul.

Joel 66 ans ( 14, France ) Septembre


Je crois que chaque fois qu’une main se tend vers l’autre,
Chaque fois que l’on fait un pas vers l’autre,
Chaque fois qu’on adresse un sourire, un merci.
Chaque fois que l’on agit avec les autres pour améliorer la vie, pour faire reculer l’injustice, pour respecter l’environnement…

L’Amour se vit, se répand, se multiplie et c’est le monde entier qui bouge.

Ce qui me fait vivre, c’est de me sentir utile, en apportant ma modeste pierre là où je vis. J’essaie avec d’autres de bâtir dans le quotidien un monde plus juste, plus humain, plus solidaire envers toute forme de vie (humaine, animale, végétale…). Ca m’aide à entrevoir qu’un autre monde est possible et en tout cas que je participe à son avènement.

Chaque être humain se ressemble par delà ses différences. Nous sommes tous dotés du même désir d’aimer, d’être aimé, de faire quelque chose de sa vie, de vivre en harmonie avec les autres, avec la nature.
La mondialisation, c’est une chance inouïe de partager nos envies, nos façons de vivre, nos richesses culturelles, artistiques….
Alors, pourquoi se laisser berner par le déversoir sans fin des infos et médias, distillant le fait que l’Autre, l’Etranger, le Migrant, le Différent est forcément une menace ?

Madeleine ( 14, France ) Septembre


En un mot : la Nature

La Nature m’anime…

La Nature me fait vivre…

Je puise ma force dans la Nature…

Mon idéal est la Nature.

Ria, 65 ans ( ferme bio de Védrénas. 23, France) Juin


Transmettre, laisser un bon souvenir

Chère Elisabeth,

pour répondre à ton petit questionnaire avec mes bientôt 88 ans, je peux te dire que je ne me suis jamais posé de questions. Seule avec les enfants et mon travail d’institutrice j’ai tout simplement fait mon « devoir » coûte que coûte comme l’ont fait mes parents.
Maintenant ma retraite me permet de vivre bien, de jouir de mes enfants J-Ch. et P., de mes petits enfants et mes 5 arrière-petits enfants.
Tout ce petit monde me permet de me « secouer » et de rester en forme (dans la mesure du possible), de rester « agréable » à regarder.
Lorsqu’ils viennent, je leur joue du piano et je leur montre des photos de famille.
C’est très important de laisser des bons souvenirs à cette génération ultra « téléphonique et ordinatique ».

Mon idéal c’est de leur laisser un bon souvenir.

Ils savent que je fréquente un club, que j’aime marcher le long de la mer et que j’ai beaucoup voyagé grâce aux souvenirs que j’ai rapportés.

Cécile  ( 50, France ) Mai


Pour que nos vœux deviennent réalité !

Cherchez à vivre une forme de décroissance matérielle dans la vie quotidienne, sachant que la croissance a ses limites.

  • 1997 … le développement durable englobe tous les aspects de la vie humaine, nous devons tous mesurer les effets induits de nos décisions, pensons à nos successeurs sur cette terre. Changer notre mode de vie et de consommation, placer comme première priorité la solidarité et la justice…il m’apparaît que l’emploi pour tous n’est pas plus difficile à réaliser que l’école pour tous. Dans la constitution de 1956 : « chacun a le devoir de travailler et le droit d’obtenir un emploi. ». Le tri sélectif, l’organisation de filières de collecte, de traitement et de valorisation des déchets sont des ressources d’emplois nouveaux.

« C’est proprement ne valoir rien que de n’être utile à personne » (Descartes). Contribuez donc au partage du travail et évitez que l’exclusion devienne pour des gens une logique de vie.

  • 1992 …Ecologie et économie ont la même racine, c’est par aberration que les deux ont été séparés ; aujourd’hui, on ne s’en sortira qu’en mettant en adéquation l’économie de la nature et l’économie de l’homme…J’ai dit non à Maastricht pour une Europe de justice, de progrès, de coopération avec le tiers-Monde, d’humanisme, d’écologie et de paix.
  • 1990 : la déchetterie, un lieu de service, de travail, de création, de partenariat…
  • Durant mon service militaire au moment de la guerre d’Algérie , j’ai fait de la prison car je ne voulais pas tuer l’autre, les autres.
  • J’ai travaillé sur le projet habitat à Hérouville Saint-Clair : un multipartenariat  ville, société HLM Caf pour s’approprier l’environnement, son logement, son lieu de vie, favoriser la rencontre entre les habitants, les associations et les institutions… atelier réfection appartement, atelier « la boîte à outils »…

La Boutique habitat existe encore aujourd’hui à Hérouville…

  • Engagé dès le début… dans  Jeunesse ouvrière catholique, le syndicat, la CSF, le Secours catholique, Vivre Mieux Hérouville, les Verts : c’est une force de se retrouver en groupe et cela permet de ne pas se faire exploiter.

Je puise aussi ma force dans les actions de gens comme Nelson Mandela, Stéphane Hessel et Pierre Rabhi. Ma femme Janine m’a toujours suivi dans mes actions.

  • Aujourd’hui si les questions de méthode suscitent une telle passion, c’est parce qu’elles ouvrent la porte au changement… croire en l’homme c’est croire que tout homme a un avenir.

Jean-Pierre ,73 ans  et Janine, 70 ans ( 14, France ) Mars


Publicités